Bien-être au travail : un facteur de performance ?

Travail et santé ne font pas toujours bon ménage… L’employeur a pourtant tout à gagner à se soucier de la bonne forme de ses équipes. Et de la sienne !

“L’employeur doit prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité, et protéger la santé physique et mentale des travailleurs.” Si cela va sans dire, il n’est sans doute pas inutile de rappeler cet article du Code du travail. D’autant qu’avec la généralisation de la complémentaire santé à tout le secteur privé, l’entreprise est désormais amenée à tenir un rôle central en matière de prévention et de santé.

De vrais enjeux

Elle doit d’abord se soucier des principaux risques liés à l’environnement même du travail. S’ils varient en fonction des activités et des entreprises, certains sont beaucoup plus présents que d’autres. À commencer par les troubles musculo-squelettiques (TMS) : une pathologie fréquente – aujourd’hui, 34 % des travailleurs déclarent souffrir de problèmes de dos – en augmentation constante et surtout très coûteuse. On estime en effet que les TMS génèrent chaque année 1 milliard d’euros de frais et que leur coût moyen est supérieur à 21 000 euros… Une somme qui alourdit sensiblement les cotisations des entreprises.
Autre aspect important, les risques psychosociaux : 41 % des salariés déclaraient en 2009 dans une enquête Anact-CSA être assez ou très stressés du fait des clients ou de la hiérarchie…

Des arguments pour les TPE

La prévention en entreprise est un levier de progression tant au niveau social qu’économique. D’abord parce qu’avec de meilleures conditions et une meilleure ambiance de travail, l’employeur fidélise ses salariés. Un aspect auquel les professionnels et TPE, qui ont souvent moins d'arguments que les grosses structures, peuvent être assez sensibles. La prévention permet aussi de réduire l’absentéisme, ce qui aura aussi une incidence importante sur le fonctionnement des petites structures, car les équipes en forme sont aussi plus efficaces.

En tout état de cause, la prévention est une voie qu’il convient d’autant plus de privilégier qu’elle permet de répondre en partie à l’obligation légale liée au document unique d’évaluation des risques professionnels.

Harmonie Mutuelle vous accompagne

En tant qu’acteur global de santé, Harmonie Mutuelle s’attache à développer des actions de prévention notamment auprès des acteurs économiques au travers de son offre La santé gagne l’entreprise. Cette offre est d’ailleurs en train d’évoluer aujourd’hui pour mieux répondre aux attentes des salariés et de leurs employeurs. Déclinée sur de multiples aspects – prévention des risques professionnels et employabilité, gestion du capital santé, articulation de la vie professionnelle avec la vie personnelle, pilotage de la prévention pour l’employeur – elle répond aussi désormais de façon plus précise aux besoins et aux moyens de chaque type de structure y compris les plus petites. Professionnels et TPE peuvent ainsi avoir accès à :

  • des Zooms Prévention (kits de sensibilisation  sur des thématiques variées comme le stress, le tabac, le sommeil et les rythmes de vie, les TMS…),
  • des Rendez-vous Prévention (modules de e-learning, formations et ateliers intra-entreprise sur la sécurité, les risques routiers, les risques psychosociaux…),
  • des programmes d’accompagnement des salariés (service de prévention personnalisé Betterise, La santé de votre enfant, services aux aidants, services d’assistance…),
  • des actions de pilotage (solution d'aide à la préparation du document unique,…).

Certaines de ces actions sont gratuites, d’autres payantes, Harmonie Mutuelle réfléchit actuellement à des possibilités de mise en place d’actions groupées pour les petites structures, au travers des organisations patronales ou des cabinets d’experts-comptables.

Pour en savoir plus, consultez www.lasantegagnelentreprise.fr.

Document unique : Une obligation

Depuis 2001, chaque entreprise qui emploie au moins un salarié est tenue d’établir un document unique d’évaluation des risques professionnels (DUERP). L’objectif est à la fois d’identifier et d’inventorier tous les risques auxquels sont exposés les salariés, et de définir les actions qui vont permettre de réduire ou de supprimer ces risques. Si sa forme est libre, le DUERP doit être tenu à la disposition des salariés et révisé régulièrement, au moins une fois par an et après chaque accident du travail.

 

Fichiers joints

Ajoutez votre commentaire


(Ne sera ni diffusé ni publié)
(facultatif)
En déposant votre commentaire, vous acceptez la charte éditoriale de ce blog.