Entreprise et aidants familiaux : des enjeux partagés

S’occuper d’un proche handicapé ou d’un parent dépendant… Le phénomène prend de l’ampleur… Prise de conscience, actions : l’entreprise a un rôle majeur à jouer. Voici pourquoi et surtout comment.

"Notre rôle est d’identifier les sujets sociétaux majeurs sur lesquels nous avons une influence et où nous pouvons apporter une réponse. C’est ce qui nous a amenés à nous intéresser au problème des aidants et à mettre en place des actions concrètes”, explique Florence Morgen, directrice responsabilité et innovation sociétales chez Harmonie Mutuelle.
Les chiffres sont en effet impressionnants : on estime qu’il y a aujourd’hui 11 millions d’aidants de personnes âgées, handicapées ou atteintes d’une maladie grave et, le vieillissement de la population ne peut qu’accentuer le phénomène dans les années à venir. Le législateur, qui a intégré à la récente loi sur le vieillissement un début de reconnaissance du statut d’aidant, commence à en prendre conscience. Mais le chemin est encore long, d’autant qu’ils sont nombreux aujourd’hui à aider naturellement un proche sans être pour autant conscient d’être un “aidant”, ce qui ne facilite pas la tâche de ceux qui souhaitent les soutenir…

Actif et aidant : deux vies à articuler

“L’entreprise est un milieu propice à la prise de conscience”, reprend Florence Morgen. On se demande au prime abord ce que le monde du travail vient faire dans le débat. C’est qu’avec une population qui vieillit et une vie active qui s’allonge, la probabilité d’être actif et aidant s’accroît. “Une étude récente montre que 53 % des aidants sont en activité. Cela pose la question de l’articulation des temps de vie : retards, fatigue, baisse de productivité, risques psychosociaux majorés… Sans compter l’absentéisme, 16 jours par an en moyenne, et les impacts sur les autres collaborateurs”, remarque Emmanuelle Cardineau, chef de projet à la direction prévention et promotion de la santé chez Harmonie Mutuelle. “On en vient à parler de “présentéisme”, ajoute Florence Morgen. Des populations faibles, à risques, par exemple des foyers monoparentaux, essentiellement des femmes, qui viennent travailler mais qui sont préoccupées par la charge de tout ce qu’elles ont à gérer, ce qui génère stress et fatigue. L’enjeu pour l’entreprise est de parvenir à s’adapter à chaque situation : préserver sa performance globale tout en respectant l’humain en établissant un lien de confiance avec les salariés pour que chacun y trouve son compte.”

Une approche prévention

Pour l’y aider, Harmonie Mutuelle vient de lancer, avec l’implication de sa direction générale, une démarche de dialogue avec les différentes parties prenantes – aidants en activité professionnelle, entreprises clientes ou non, associations, syndicats, DRH, start-up… L’objectif est de mieux comprendre les besoins, les évolutions et les attentes vis-à-vis d’intervenants comme Harmonie Mutuelle. Une cinquantaine d’interviews sont programmées d’ici la fin de l’année.
Parallèlement, l’approche est également pratique et concrète : le nouveau programme de prévention Harmonie Mutuelle La santé gagne l’entreprise intègre d’ores et déjà un volet sur l’aide aux aidants qui découle d’ailleurs directement de la démarche initiée par Florence Morgen. Car sans être encore aussi palpable que celui des TMS, le sujet émerge au sein des entreprises. “Quelques-unes nous ont déjà sollicités sur cette question. C’est un problème délicat pour elles, à la fois personnel et professionnel, elles ne savent pas toujours bien cerner le rôle qu’elles peuvent jouer”, constate Emmanuelle Cardineau.

Sensibilisation

Dans l’immédiat, Harmonie Mutuelle a donc décidé de mettre l’accent sur la sensibilisation des managers et dirigeants afin de leur donner des clés de compréhension et de comportement. Mais il faut aussi aller plus loin : “Nous travaillons aussi sur une offre pour les aidants, confirme Emmanuelle Cardineau. Il existe déjà un certain nombre d’outils à leur intention dans les services d’assistance proposés au premier niveau de nos contrats santé : assistance et suivi psychologique, aide administrative, prise en charge rapide de l’aidé en cas d’impondérable, relais… L’idée est d’aller plus loin avec un niveau supérieur en option, prenant en compte notamment la notion de conciliation vie pofessionnelle-vie personnelle, le temps de répit… Service que nous pourrons proposer aux entreprises d’ici la fin de l’année.” Pour Harmonie Mutuelle, il s’agit surtout de se positionner globalement dès 2017 auprès des aidants et des aidés, mais aussi des proches, dont  bien sûr les collègues et les employeurs.

 

Ajoutez votre commentaire


(Ne sera ni diffusé ni publié)
(facultatif)
En déposant votre commentaire, vous acceptez la charte éditoriale de ce blog.