Indemnités journalières : le(s) recul(s) du gouvernement

L’Assemblée nationale a rejeté la mesure qui consistait à calculer les IJ sur la base du salaire net et non plus du brut, pour réaliser une économie de 220 millions d’euros.

Devant l’opposition quasi unanime des députés à cette disposition pénalisant les assurés sociaux les plus modestes et souffrant de pathologies de longue durée, le gouvernement a décidé de revoir sa copie (1ère marche arrière).

Parmi plusieurs pistes alternatives, a été évoquée l’instauration d’un 4ème jour de carence, pour tous les salariés du privé, en cas d’arrêt-maladie.

Non couvert par la Sécu, ce 4ème jour de carence serait à la charge de l’employeur ou du salarié.

Considérée aussi injuste que la précédente mesure par les députés, le gouvernement renonce à son intégration dans le PLFSS 2012 (2ème marche arrière).

La Commission des affaires sociale est chargée de trouver dans les semaines à venir une solution de remplacement pour dégager les 220 millions d’euros d’économie prévus.

A suivre…

Ajoutez votre commentaire


(Ne sera ni diffusé ni publié)
(facultatif)
En déposant votre commentaire, vous acceptez la charte éditoriale de ce blog.