La dépendance : état des lieux

La réforme des retraites à peine bouclée, une autre grande réforme sociale s’annonce, celle de la dépendance des personnes âgées. Elle devrait aboutir en 2012.

Promesse de campagne du candidat Sarkozy, la réforme de la prise en charge de la dépendance des personnes âgées sera l’un des grands chantiers conduit par le gouvernement en 2011. Durant tout le 1er semestre, des consultations vont notamment être menées dans les régions.

Un comité interministériel de la dépendance a également été créé ainsi que quatre groupes de travail afin de réfléchir sur diverses thématiques : société et vieillissement, enjeux démographiques et financiers, accueil et accompagnement des personnes âgées, couverture de la dépendance. Ainsi, aux 4 précédents risques couverts par la Sécurité socialemaladie, vieillesse, famille et chômage –, il semble probable que vienne s’ajouter ce 5ème risque dont on parle depuis si longtemps, la dépendance des personnes âgées.

Qui va payer ?

La prise en charge de la dépendance a en effet un coût pour la société mais aussi pour les familles. En 2009, la dépense publique s’élevait à 21,6 milliards d’euros par an. Un chiffre qui au regard de la pyramide des âges devrait croître dans les années à venir.

Selon l’Insee, la France comptait en 2008 un peu plus d’1,3 million de personnes âgées de plus de 85 ans – âge moyen d’entrée en maison de retraite. Mais ils seront 2,1 millions en 2020 et 4,8 millions en 2050. Parallèlement, ce vieillissement de la population se conjugue à une diminution du nombre d’aidants potentiels.

Si les principales mesures de la réforme ne sont, en toute logique, pas encore connues, des pistes évoquant une combinaison de solidarité nationale, assurance privée et mise à contribution du patrimoine des bénéficiaires ont déjà été avancées. D’autant que la Sécurité sociale, en déficit chronique, et les Départements, largement mis à contribution jusqu’ici avec l’APA, ne pourront tout financer.

Les 1er arbitrages ont été promis pour l’été 2011… En attendant, la Mutualité française a déjà indiqué qu’elle souhaitait jouer un rôle constructif dans le débat sur un sujet qu’elle juge essentiel.

A suivre donc.

Ajoutez votre commentaire


(Ne sera ni diffusé ni publié)
(facultatif)
En déposant votre commentaire, vous acceptez la charte éditoriale de ce blog.