Quelles solutions pour améliorer sa retraite ?

Elle semble souvent bien loin… Mais pour un professionnel, la clé d’une retraite réussie réside d’abord dans l’anticipation. Et dans la bonne compréhension de son fonctionnement. 

Trois étages

Comme pour les salariés, la retraite d’un professionnel s’apparente à une fusée à trois étages :

  • la retraite de base. Pour les commerçants et artisans, il s’agit d’une retraite par répartition gérée par le RSI qui fonctionne sur les mêmes principes et avec les mêmes formules que celle des salariés. Par contre, les professions libérales conservent un système par points géré par la CNAVPL. Dans tous les cas, il s’agit d’un régime obligatoire,
  • la retraite complémentaire est un système par points qui s’applique pour tous les TNS de la même façon. Il est lui aussi obligatoire,
  • la retraite supplémentaire, contrairement aux deux premiers étages de la fusée, n’est pas obligatoire. C’est la façon pour chacun d’améliorer sa pension en souscrivant à un dispositif collectif ou individuel par capitalisation.

Comment estimer sa retraite ?

En matière de retraite, on parle souvent de taux de remplacement, c’est-à-dire le niveau de retraite ramené au revenu en fin d’activité. Celui-ci est en moyenne de 30 à 60 % pour un commerçant ou artisan et de 30 à 50 % pour un professionnel libéral.
Depuis octobre 2016, chacun a accès à son compte personnel retraite qui permet de définir la date de son départ en retraite à taux plein, d’obtenir un relevé de carrière et d’estimer le montant de sa retraite selon plusieurs hypothèses.
Le compte personnel retraite est accessible en ligne sur www.info retraite.fr.

Quelles solutions pour améliorer sa retraite ?

En matière de retraite supplémentaire, les professionnels ont schématiquement accès à trois grandes familles de solutions :

  • le contrat Madelin, qui bénéficie d’une intéressante déductibilité fiscale. Pour la retraite, la déduction correspond à 10 % du revenu professionnel majoré de 15 % de la part comprise entre 1 et 8 PASS (plafond annuel de la Sécurité sociale), avec un minimum de 10 % du PASS,
  • le Perco (Plan d’épargne pour la retraite collectif), solution d’épargne retraite également, mais collective. Le Perco est ouvert à toutes les entreprises dès lors qu’elles comptent au moins un salarié (hors apprenti), sachant que ce salarié peut être le conjoint. Il peut être alimenté par des versements volontaires et par abondements de l’entreprise, ces derniers étant plafonnés mais totalement exonérés,
  • le Perp (Plan d’épargne populaire), solution d’épargne retraite individuelle, sur lequel les versements peuvent être libres ou programmés. Les sommes versées sont déductibles selon les mêmes principes que le contrat Madelin. Les sorties comme pour le contrat Madelin ne se font qu’en rente viagère.  

Attention : en présence de plusieurs dispositifs, l’enveloppe de déduction fiscale s’apprécie globalement. Il est possible de vérifier son disponible sur le portail Previssima, partenaire d’Harmonie Mutuelle.

Quand faut-il s’inquiéter de sa retraite ?

Le plus tôt est bien sûr le mieux : l’efficacité d’un contrat retraite Madelin ou d’épargne retraite dépend de la durée de la phase d’épargne.
En tout état de cause, il est prudent de s’inquiéter de la question au plus tard dix ans avant le départ en retraite. D’autant que pour un TNS, la problématique de la retraite se double souvent de celle de la transmission de son entreprise. Une question importante qui doit être anticipée et préparée avec soin.
N’hésitez pas à en parler à votre conseiller Harmonie Mutuelle qui pourra vous aider à mettre en place les solutions adaptées à votre situation.

Pour en savoir plus, contactez-nous.

Ajoutez votre commentaire


(Ne sera ni diffusé ni publié)
(facultatif)
En déposant votre commentaire, vous acceptez la charte éditoriale de ce blog.