Retraites : des pistes de réforme qui cristallisent le débat

A quelques jours de la conférence sociale du 20/06 et 21/06, les partenaires sociaux donnent le ton de négociations qui s’annoncent tendues.

Le 13 mai dernier, le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, recevait à tour de rôle les organisations syndicales et patronales afin de recueillir les différentes positions des uns et des autres sur un certain nombre de points, notamment la future réforme des retraites.

Sans surprise, celle-ci semble déjà marquée par de profondes divergences.

D’emblée, le MEDEF a martelé sa position, en réaffirmant sa volonté d’allonger la durée de cotisation à 43 ans d’ici à 2020 et de repousser l’âge légal de départ à la retraite à au moins 65 ans à l’horizon 2040.

Des pistes rejetées par les syndicats FO et CGT qui proposent plutôt d’augmenter les salaires, tout en réclamant un retour à la croissance. Selon Thierry Le Paon, secrétaire général de la CGT, "si on allait vers un salaire minimum à 1700 euros, on n’aurait pas de problème de retraite". Chez Force Ouvrière, même son de cloche, marquée par une farouche opposition à "une réforme globale qui consisterait à tout chambouler pour faire un régime par points".

De son côté, la CFDT se dit opposée à un recul de l’âge de départ à la retraite mais pas complètement fermée sur la durée de cotisation.

Le Président de la République s’est quant à lui déjà exprimé en faveur d’un allongement des années de cotisation. Il a confirmé qu’à l’avenir il faudrait travailler plus longtemps. "Je refuse (…) de reporter sur les générations à venir le fardeau du financement des retraites. (…) La France peut garder son modèle social, mais en le rénovant, en le rendant plus efficace, plus juste."

Très attendue par les différents partenaires sociaux, la conférence sociale du 20/06 et 21/06 s’annonce difficile tant les positions semblent inconciliables.

Ajoutez votre commentaire


(Ne sera ni diffusé ni publié)
(facultatif)
En déposant votre commentaire, vous acceptez la charte éditoriale de ce blog.